Mobirise Web Site Generator

VINCENNES

Le Service Historique de la Défense

L'enceinte du donjon


Gros plan sur le donjon et son enceinte surmontée d'un chemin de ronde.


L'enceinte du donjon

Le donjon et son enceinte surmontée d'un chemin de ronde qui n'était pas couvert au Moyen Age. A chaque angle, une échauguette.


La couleur des pierres du donjon et celle du chemin de ronde est différente dans la mesure où le premier a fait l'objet d'une restauration et pas le second. Les pierres d'origine venaient soit des carrières de Charenton, toutes proches, soit de celles de Saint-Pierre-Aigle dans le soissonnais ; ces dernières sont toujours en activité.


Le donjon a été édifié sur le plateau de Gravelle situé entre les 12ème arrondissement de Paris et le département du Val-de-Marne. Contourné par la Marne, il est en majeure partie couvert par le bois de Vincennes

Le donjon

Le donjon et son enceinte ; à gauche, le pavillon du Roi qui a beaucoup souffert à la suite de l'explosion en 1944 de munitions entreposées à l'intérieur du bâtiment.

L'entrée du donjon

Notre groupe écoutant les explications de Monsieur Ménès dans cette partie du châtelet appelée barbacane. Là se trouvaient des "trous" ou assommoirs permettant le déverser sur les assaillants toutes sortes de projectiles.



L'enceinte du donjon

Seule singularité sur cette face nord du donjon, à gauche : les deux petites fenêtres. Elles permettaient d'éclairer les bureau du Roi. La conception tant du bureau que des fenêtres a été confiée à Raymond du Temple, architecte de Charles V.



L'enceinte du donjon

Voute d'ogives d'une des tourelles circulaires placées à chaque angle et à chaque étage du donjon.


L'enceinte du donjon


Il s'agit du châtelet du donjon surmonté par le campanile.


L'enceinte du donjon


Une des nombreuses sculptures visibles à l'étage du Roi, le plus luxueux. Vous pouvez deviner des marques de peintures au niveau des nervures des voûtes. Elles datent de l'époque de la construction du donjon.



L'enceinte du donjon

A chaque étage du donjon, une fine colonne centrale sur laquelle reposent les voûtes. Il s'agit là d'une véritable prouesse architecturale. Les travaux de restauration ont permis de découvrir des dispositifs insoupçonnés qu'on pourrait comparer à des ancêtres du béton armé : 800 mètres de barres de fer soutiennent les éléments architecturaux soumis à de fortes pressions. Elle porte une charge 20 fois plus importante que celle supportée par les murs périphériques et sa construction relève d'un principe d'architecture unique.